Carrières Femmes en TI – Nathalie Roy

Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Email this to someone

Jongler entre carrière et famille dans un milieu hautement compétitif, Nathalie Roy, Analyste en intelligence d’affaires chez Larochelle Groupe Conseil, en sait quelque chose. Elle discute avec nous de son quotidien en tant que mère de deux enfants, de sa vision de la réalité homme-femme, mais aussi de son parcours atypique de touche-à-tout! Rencontre.

Après avoir œuvré au sein d’entreprises en télécommunication, santé et transport, Nathalie s’est joint au centre d’excellence en Analytique des données de Larochelle, il y a deux ans.

« Je trouve que les entreprises sont de plus en plus ouvertes à la conciliation travail-famille. J’ai toujours connu une belle ouverture de la part de mes patrons, mais je me sens toujours mal à l’aise de dire que mon bébé est malade », explique d’entrée de jeu la jeune femme qui vient tout juste de revenir au travail après un 2e enfant.

Nathalie ajoute dans le même élan que de plus en plus d’hommes prennent leur congé de paternité et assurent une présence auprès des enfants. « Je crois aussi que de ce fait, la différence entre engager un homme et une femme au niveau de la conciliation travail-famille s’estompe tranquillement, bien qu’elle soit toujours là… Mais je pense que toute ma vie je vais me sentir mal de ne pas faire ma journée de travail parce que mon enfant est malade, tandis que mon conjoint lui, non ». La femme de 35 ans avoue aussi que ce problème touche plusieurs domaines et non pas que les TI.

Est-ce que le fait d’être mère dans le milieu des TI peut jouer lors de l’embauche selon vous?

« Cette question me fait penser à l’université! Un de mes professeurs en droit de l’ingénierie nous avait dit – mesdames, vous allez vous faire demander en entrevue si vous voulez des enfants, si vous recevez cette question, répondez : oui! S’ils ne vous engagent pas, c’est qu’ils ne vous méritent pas! Ça m’avait vraiment marquée et comme de fait, à deux reprises dans ma carrière, je me suis fait demander directement en entrevue si je voulais des enfants. Je ne suis pas certaine qu’on pose cette question aux hommes! Sur le même ordre d’idées, on se sent toujours un peu coupable d’annoncer qu’on va avoir un enfant et devoir quitter le travail pour quelques mois, mais quand je vois ce qui se passe dans l’industrie, des gens qui laissent leur emploi pour différentes conditions ailleurs, sans avertissement, je me dis, qu’au moins de mon côté, ils ont eu plusieurs mois pour se préparer »!

Parcours atypique – qu’est-ce qui vous a menée aux TI?

« Déjà enfant on met dans la tête des filles qu’elles vont faire moins d’argent que leur conjoint ». Cette phrase qu’elle se fait dire en plein cours d’économie au secondaire ne fait que motiver la jeune Nathalie à atteindre un milieu considéré hors norme. « J’étais peut-être tomboy – ce qui m’intéressait était des domaines dits plus masculins. J’avais fait un cours de page web au secondaire, j’étais attirée par le côté électronique et informatique ».

De grandes entreprises à PME, Nathalie Roy touche à tout : différents langages et différentes approches et méthodologies. Son premier mandat de consultation est pour une institution financière sur un grand projet de migration jusqu’à la mise en production. « J’ai dit oui à plusieurs opportunités. Ça me permet de comprendre les différents aspects d’un projet ».

Cette polyvalence l’a menée à travailler au sein de différente équipe majoritairement masculine et travailler en « minorité » ne gêne pas la femme de 35 ans. Son parcours prouve une force de caractère et un désir de mettre au tapis les stéréotypes ou tout ce qui pourrait empêcher l’avancement des femmes.

Le fait d’être en mesure de travailler en minorité va de pair avec le type de domaine explique Nathalie : « Si tu n’es pas à l’aise d’être la seule femme sur certains projets je ne crois pas que tu es dans le bon domaine. J’ai passé mon université entourée de gars et que de quelques filles ».

Pour l’analyste en intelligence d’affaires, ce que les femmes apportent au milieu des TI est complémentaire à la vision plus masculine, et ce, que ce soit au niveau de la gestion, de la vision, de l’imagination ou l’apport de solutions différentes.